Courrons

La psychette : Salut mon p’tit marin.

Demoral : Je vous ai déjà dit de ne plus m’appeler comme ça.

La psychette : Je vais faire pipi …

J’en profite pour lui préparer sa tisane.

La psychette : C’est bien de faire le ménage avant que j’arrive mais si tu veux attirer des femmes chez toi, assure toi que ta lunette de chotte ait le temps de sêcher. Et change moi la couleur de ces murs.

Demoral : Avec miel de forêt ou de fleurs?

La psychette : … bon on reprend le travail sur la colère. Tu te souviens du principe? Tu me racontes, au présent c’est important, un événement traumatisant de ton passé. Alley vas y mon p’tit marinou tu peux y arriver.

Demoral : Votre arrivée il y a pas deux minutes, c’est assez éloigné dans le temps?

Et voilà, ça sonne , c’est elle , j’ai pas pris de douche.

Consultons.

La psychette : Bien, comment allons nous depuis la dernière sceance?

Demoral : Ha Bah moi ça va bien, et vous?

La psychette : Vous m’aviez l’air un peu tendu.

Demoral : Je le suis toujours, mes greluches ont tendance à plus me pêter les couilles plutot que de me les vider.

La psychette : Qu’entendez vous par « Greluche » ?

Demoral : Dans mon monde, il y a ma mère, mes greluches et les putes.

La psychette : Ha bon, et vous me classez dans quelle catégorie?

Demoral : La Pute Ultime !!!

La psychette ; « râle de jouissance ».

Demoral : La seule différence entre une psychologue et une pute est l’absence de pipe. Sinon le tarif est le même.

La psychette : « deuxième orgasme ».

Demoral : Vous allez bieng?

Mafions.

Jai dormi douze heures.

Le rendez-vous est à seize,

Je suis dans les temps.

Cette fois-ci, j’ai tout noté. Un véritable livre de bord d’expédition scientifique je suis devenu. Dans plusieurs carnets de différentes couleurs et tailles dont je classe les feuillets dans différents classeurs de différentes organisations.

Je vais tout expliquer.

Elle comprendra tout

je serai libre.

La psychette : Demoral, mon amour, comment allez vous?

Demoral : Heu … ça va …

La psychette : Et avec les sévices secrets féministes?

Demoral : Ha la putaing de vous même , vous z’allez pas me casser les couilles avec ces putes !?!

La psychette : Vous voyez, vous vous énervez rapidement tout de même.

Demoral : …

La psychette : Donc, avez vous intégré le fait que nous avons identifié et nommé votre pathologie. Que si vous arrêtez l’alcool , les psycho-clopes, le beurre demi sel, la viande et les sauces, vous allez pouvoir mener une vie normale? Et peut-être même re-travailler !

Demoral : Claasse. Passez chez moi ce soir. J’ai du pain sec et de l’eau on va fêter ça en écoutant Obispo.

Publions

La psychette : nous avons les résultats de vos analyses.

Demoral : ha

La psychette : bonne nouvelle, vous êtes normal.

Demoral : ha

La psychette : et?

Demoral: et quoi?

La psychette ; ben je vous annonce que vous avez gagné et c’est tout ce que ça vous fait?

Demoral: ça fait vingt cinq ans que je suis mort à vous l’expliquer.

La psychette : du coup on fait quoi?

Demoral: y’a deux écoles. La guerre ou l’amour.

Chantons.

Je vous préviens,

je vais être chiant.

Alors autant écouter ça

que de me lire.

« Find what you love

and let it kill you »

Demoral aime : Boire, fumer baiser

et faire rire les femmes.

Ben ça,

alors que ça ne parait pas compliqué à comprendre,

la médecine lui demande d’expliquer pourquoi.

Doonnoons.

a : Insipide :

  • 1. Qui est sans saveur et qui, par là, est désagréable au goût.
    • Exemples :
      • Breuvage insipide.
      • Des sauterelles et du miel sauvage
      • Du pain et de l’eau
      • Et vous me sentez venir
      • mon organe à reproduire.
  • 2.0
    • Pause musicale :

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fantiboulenc%2Fposts%2F162035793174335&show_text=true&width=500

b : Diabête :

  • Maladie de riche.

Du sénégalais médical Dia, Double.

Et de l’ukrainien oriental best, idiot.

C’est ce que j’ai cru comprendre de ma visio-conférence

entre le Dr Pébron et la Psychette.

Tout va bien.,;

Ma mère, ma nièce et ma filleule sont sur le coup.

Images rares d’un réseau de neurones tripolaires.

Début de l’histoire :

Calculons.

Mettons qu’il me reste 24 000 euro

C’est pas vrai, c’est pour simplifier les calculs.

Accrochez vous, on travaille en base douze.

Une bière coute trois euro.

Mettons, c’est toujours pour simplifier les calculs que j’en boive huit par jour.

Trois fois huit vingt quatre, cherchez pas c’est pas assez mais c’est comme ça.

Il faudrait que vous compreniez la base dix pour que je vous explique.

Donc, il me reste mille jours à vivre.

S’il y a des putes à arroser je peux faire plus court.

5G d’héroïne en intraveineuse, et c’est l’aller simple pour le paradis.

J’aime pas donner des titres.

En fait, je m’en moque d’être lu vu su ni même compris. Mon secret est que je suis totalement déconnecté de la technologie. Dans mon ordinateur il n’y a que deux fichiers. Un vide et l’autre Bureau. C’est maladif , je ne sais pas classer. Sauf si c’est pour déconner mais surtout pour archiver. J’ai pas trouvé mieux.

Extrait du carnet d’un voyage immobile.

This point !

A ce point

Au cours d’une séance de Yoga, ma prof, une septuagénaire regorgeant de sagesse et d’érudition, a interrompu la leçon et m’a pris à part.

Sous l’œil ricanant des autres élèves, toutes des filles plus expérimentées que moi dont l’une me dit « t’inquiètes on y est toutes passées », la prof m’installe devant une bibliothèque. Elle me place les mains sur une étagère, penché, le dos droit, les jambes écartées dans la position humiliante du prisonnier qui va se faire fouiller l’anus.

Elle commence à ma tripoter le bas de la colonne vertébrale et avant que je ne réalise se qu’il se passe, tous les livres tombent dans un fracas pas possible et je me retrouve hébété avec une planche de bois dans les mains.

La plus gognarde des autres élèves regarde alors la prof d’un air inquiet

 Et lui demande :

« À ce point ? »

Et la prof de répondre

« À ce point ! »

Je ne sais toujours pas à ce jour ce que cela signifie.

Moralité :

De deux choses l’une.

Soit elle a prévu mon destin de super capitaine suivi d’une retraite paisible à 46ans ce qu’on peut considérer comme un beau parcours de vie.

Soit elle comptait sur moi pour sauver l’humanité et dans ce cas il faudra repasser.