L’avion de Calvi

La discussion d’hier soir m’a rassuré. Au fond de moi je sais que le charter est gagné depuis longtemps mais là, on y a mis la manière. Reste à honorer mes promesses de la nuit. Une plage de sable blanc pour cet après midi, facile ce sera salechia dans le golfe de Saint Florent mais avant ça une plongée sur le bombardier de Calvi dont il me faut encore trouver l’épave.

Ce n’est pas la première fois que je la cherche. Sur « Lady Farah », quelques années plutôt je m’y était cassé le nez. Il faut dire que je n’y avais pas mis tout mon cœur. C’était le début de saison, j’avais d’autres soucis en tête et je n’aimais ni le patron, ni l’équipage ni le bateau. Comme je marche à l’affectif, je ne fais pas profiter de l’ensemble de mes qualités maritimes à n’importe qui.

Aujourd’hui c’est différent, j’aime mes russes. Ce n’est pas la première fois qu’ils viennent à bord. Je les avais reçu le temps d’un week end sur le premier « Lady Brigitte ». Déjà ils avaient débarqué avec un matériel de plongée impressionnant et m’avaient conduit à des mouillages improbables pour un yacht. Ce sont de vrais passionnés de la mer, c’est pour eux que je fais ce métier.

La zone est quadrillée à la façon de ceux qui recherchaient le Titanic. L’attente est longue, je scrute l’écran du sondeur attentif au moindre indice. Le doute s’installe qui s’oppose dans ma tête à l’instinct du fils de marin pêcheur certain d’atteindre son but. Soudain il est là. Je ne l’ai pas trouvé le bordel, je l’ai scanné. Un passage dans toute sa longueur au dessus de l’épave. Le nez, le cockpit, la carlingue et la queue se dessinent sur l’écran. Il n’y a plus qu’à mouiller un peu plus loin selon le vent.

C’est alors que je prends conscience de la situation. J’ai dix plongeurs à l’eau en plein passage des bateaux qui entrent et sortent du port. S’il y avait un chenal d’accès, je serais au beau milieu. Embarqué sur l’annexe qu’un gamin de dix ans pilote, j’essaie de faire un peu la police mais les autres plaisanciers ne voient pas mon pavillon alpha. C’est vrai qu’un bout de tissus de 15cm c’est peut être un peu léger sur un yacht de 33m.

Chapitre suivant :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s