Charlatons.

  • Mon p’tit marinou, ça va mieux ?
  • (mes couilles la mise en page)
  • Mieux que quoi ?
  • Ben que la dernière fois.
  • Quelle dernière fois.
  • Bien, respire, raconte-moi une belle histoire.
  • Mon premier AVC reste un de mes meilleurs souvenirs de mer. C’était la première sortie avec mon dernier Boss sur un bateau qui, pour en avoir suivi de loin la conception, je le savais et c’est pas du pessimisme, ne pouvait pas décemment naviguer. Disons pour faire simple que la marque pour laquelle je travaillais depuis des années s’était mis en tête de construire une Mercédès avec des pièces de Twingoo. Même la brokeuse que j’avais patiemment observée tordre son pigeon, m’implorait du regard.
  • Mon Dieu et que s’est-il passé ?
  • Parti de La Napoule, arrivé à destination, je remarque d’abord que la fumée de ma cigarette ne sort pas droite de ma bouche. Ensuite, alors que l’urgence d’une pompe qui sent le chaud n’est pas plus grave que le moteur de l’annexe qui ne démarre pas,  je dois prendre le temps d’expliquer à la porte de la salle des machines qu’il serait bon qu’elle s’ouvre sous l’impulsion de ma main droite sans le secours de celle de la gauche. Enfin, je me suis quand même inquiété quand d’un grand sourire j’ai tenté de rassurer mes passagers et qu’un seul de mes zygomatiques a répondu.
  • Vous avez appelé les pompiers ?
  • Y’a pas de psychette disponible en rade de Porquerolles. Non, Il m’a fait goûter un Pessac Léognan premier cru classé, vous me pardonnerez j’ai oublié l’année. Ca m’a déclenché des petites lumières à la surface du cerveau c’est bien simple, je n’ai jamais rien revécu de tel.
  •   Je te sens un peu fatigué là
  • Vous ne voulez vraiment pas qu’on continue l’entretien au bistrot du coin ? Ils on de la bonne tisane, j’ai demandé au patron qu’il en fasse venir de chine rien que pour vous.
  • Je ne te compte qu’une demi séance.
  • Cette monétisation du droit à la parole m’interpelle au plus haut point. C’est pas moral d’en arriver à ce point.
  • Arrête de te poser toutes ces questions ou je ne te fais pas payer du tout et tu m’auras, pour le coup, réellement fait perdre mon temps.
  • Vous savez que, considérant son écriture comme ayant plus de valeur que les chiffres dessinés dessus, les vraies admiratrices de Picasso n’encaissaient pas ses chèques ?
  • Surveille quand même tes comptes, Demoral.

Les commentaires sur la platitude de mon ventre sont acceptés,

Sur la rotondité de ma poitrine un peu moins

Sur celle de la terre, faut voir les arguments.

2 réflexions sur “Charlatons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s