Conjurons.

La psychette :    Comment va mon p’tit marinou aujourd’hui ?

Demoral :           Faudrait peut-être arrêter avec cette expression, non ?

La psychette :     Holà que se passe-til ?

Demoral :           Je ne m’en sors plus, trop de choses à faire.

La psychette :     Très biien, il y a six mois encore, tu te plaignais encore de t’ennuyer.

Demoral :           Oui mais là, j’ai peur de ne pas y arriver.

La psychette :     La peur, je pense que tu tiens le mot, raconte-moi ta plus grande peur. As-tu déjà eu peur de la mort ?

Demoral :           En mer Jamais. Vu que je tenais la barre. A terre non plus d’ailleurs puisqu’il m’est arrivé d’aller la draguer                      en suivant vos prescriptions vingt-huit jours à l’avance.

Psy :                     C’est vraiment pas malin. Mais bon, vas y , parle moi d’un sujet qui t’effraie.

Dem :                  Ca risque d’être un peu long et je vais probablement arriver à une conclusion inverse de mon intention de                      départ.

Psy :                     La séance vient à peine de débuter, tu as tout ton temps. « … » . Toi, tu voudrais déjà t’échapper chez                         Dany, c’est ça ?

Dem :                  Oui

Psy :                     Tu vas devoir parler un peu avant, lance toi.

Dem :        J’ai peur de laisser libre cours à mes pulsions par n’importe quel moyen que ce soit. Notamment par la voix.

Psy :           Pourtant tu t’en sors très bien. Regardes à l’association, elles sont toutes folles de toi.

Dem :         L’énergie que je déploie pour ne pas paraître être ce que j’écris n’a d’égal que l’envie que j’ai d’être lu.

Psy :           Explique mieux.

Dem :         Si vous m’interrompez tout le temps, on va pas y arriver,  « … »   non plus.

Psy :           Pardon, continue

Dem :         J’angoisse de rater ma vie. Je suis terrifié à l’idée que ce ne soit déjà fait. Les enterrements où personne n’attend le               cercueil me glacent le sang.

Psy :           Il s’agit peut être du dernier de la bande.

Dem :         Ca lui fait une belle jambe !

Psy :           Il a veillé sur les autres. Jusqu’à être le dernier. Comme le capitaine sans crainte quittant son navire après avoir                      sauvé tous ses passagers.

Demoral : Capitaine mes couilles oui !!! Il avait la trouille de tout le capitaine. Du naufrage , de l’incendie et de la panne sèche             de Pessac-Leognan, premier cru classé.

La psychette       Pour le prochain rendez-vous, vous préférez pleine lune ou nouvelle lune ?

Demoral :           Noire.  

Une réflexion sur “Conjurons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s