Au cul des vedettes vertes.

Retour à l’embarquement.

Je l’invite d’un mouvement des sourcils et d’un regard lunaire à se jeter devant moi au travers de la foule. Elle réceptionne positivement l’information qui va à l’encontre de toutes les convenances et m’autorise à étudier les courbes de son bas dos qui ondule parmi ces corps plus ou moins gras vissés à leurs lunettes au cul des navettes à passagers. Je n’ai jamais su entamer une conversation aussi je me contente de la suivre en admirant le spectacle.

  • Comment t’es devenu marin, c’est même pas un vrai métier?
  • On a toute la journée pour que je te raconte ça. Il faut d’abord m’extraire de cette cargaison de viande de congés payés. Tu vois le bar tabac à cent mètres? C’est là qu’on va.
Je ne fais que ça . ajouter à ma légende

Chapitre suivant :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s